Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Il existe aujourd'hui de nombreuses méthodes de surveillance de l'activité volcanique par satellites. Certaines de ces méthodes sont directement accessibles par le public sur internet. Je vous propose une petite sélection des adresses les plus utiles :

  • le site de la NASA Earth Observatory propose des images du satellite MODIS très rapidement sur les aléas naturels dont les volcans. Vous pourrez y trouver notamment les dernières images de l'éruption du Mérapi avec le panache de cendre et la trace des coulées pyroclastiques. Les fichiers KML lorsqu'ils sont disponibles permettent de visualiser l'image directement sur Google Earth.

merapi ast 2010319

Image satellite du Mérapi où l'on distingue la trace des coulées pyroclastique et le panache de cendre (NASA, Earth Observatory).


  • les neufs VAACs (Volcanic Ash Advisory Center) qui se partagent neuf régions du monde collectent et diffusent des informations relatives à la distribution des cendres volcaniques dans l'atmosphère. Pour l'Équateur, c'est le VAAC de Washington mis en place par la NOAA (National Oceanic and Atmospheric Administration) qui nous donne des informations sur l'altitude, les dimensions et la direction des panaches de cendre du Tungurahua, du Reventador et du Sangay. Pour la France, c'est le VAAC de Toulouse mis en place par Météo France qui fait ce travail. Pour suivre l'éruption du Mérapi, c'est le VAAC de Darwin proposé par le Bureau of Meteorology du gouvernement australien. Le VAAC de Washington donne accès a des fichiers KML ce qui permet de visualiser directement sur Google Earth la position du nuage de cendre lors de la dernière observation et les prévisions à 6, 12 et 18 heures. Il permet aussi d'afficher des animations d'images du satellite GOES dans différentes longueurs d'ondes pour voir par exemple l'évolution de la distribution des panaches de cendre.

Fuego

Géolocalisation du panache de cendre du volcan Fuego au Méxique le 13 novembre 2010 (Sources: VAAC de Washington et Google Earth).


  • Le site de l'Hawai'i Institute of Geophysics and Planetology propose des images du satellite GOES où il est possible de voir les points chauds de la planète, certains correspondant à des incendies, d'autres à des éruptions volcaniques. Personnellement je préfère utiliser leur outils MODVOLC car il montre les alertes thermiques sur un modèle numérique de terrain ce qui permet de voir avec une précision de l'ordre du kilomètre le lieu de l'éruption. Le problème est que la limite de détection des alertes est parfois un peu haute. Par exemple, pour le mois précédent cette note il ne détecte que 8 alertes thermiques au Mérapi ce qui est peu pour une éruption de cette ampleur.

Merapi

Alertes thermiques au Mérapi le mois précédant le 18 novembre 2010 (MODVOLC).


  • Au cours d'une éruption, les volcans rejettent aussi une grande quantité de soufre sous la forme SO2 dans l'atmosphère. Grâce au satellite OMI, il est possible de voir la distribution du SO2 dans l'atmosphère à 5 km d'altitude. Vous pouvez accéder aux données en quasi temps réel sur le site de la NOAA ou après un traitement sur le site du OMI Sulfur Dioxide Group. Si vous allez sur la page consacrée à l'île de Java, en Indonésie, vous pourrez voir la dimension du panache de soufre du Mérapi à partir du 04 Novembre.

java so2lf 5k 20101108

Image satellite OMI du panache de soufre de l'éruption du Mérapi du 08 novembre 2010 (OMI Sulfur Dioxide Group).

Tag(s) : #Éruption

Partager cet article

Repost 0