Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

En réponse à la demande de Marion. Certaines personnes n’aiment pas le terme « onde de choc » et le confondent souvent avec l’onde acoustique. Cependant l’expérience montre qu’une telle onde existe bien, comme lorsqu’un avion de chasse dépasse la vitesse du son ou qu’une bombe atomique explose. Les ondes de choc correspondent a un changement brutal (d’où le terme choc) des caractéristiques (température, pression…) du milieu [1]. L’onde de choc possède une vitesse généralement supérieure à celle de l’onde qui l'a produite. Il y a de nombreux types d’onde de choc (détonation, recompression…), mais je pense que l’onde de choc liée à une explosion volcanique est une onde de mouvement (j’invite toute personne ayant de meilleures connaissances que moi sur le sujet à prendre la parole dans les commentaires et je corrigerais cet article en fonction de la pertinence de ses arguments). Sur ces vidéos le milieu est l’atmosphère et le changement brutal est une variation de pression directement liée à l’expansion (mouvement) des gaz lors de l’explosion. Dans certains cas il a été montré que la vitesse d’une onde de choc d’origine volcanique dépasse la vitesse du son (exemple des jets supersoniques). C’est le changement d’état (pas dans le sens solide/liquide/gaz, mais dans le sens statique/agité) brutal des particules en suspension dans l’atmosphère (vapeur d’eau et cendre volcanique) qui nous permet de visualiser l’onde de choc sur ces vidéos. Aujourd’hui il nous est arrivé d’entendre des coups de canon multiples associés à une explosion unique. Comme lors du double bang d’un avion supersonique, l’onde de choc se dégrade avec la distance et se confond avec l’onde d’expansion des gaz pour se transformer en une deuxième onde acoustique qui peut précéder ou suivre l’onde acoustique de l’explosion. Les autres coups de canon peuvent correspondre à des échos. Les ondes de choc perdent rapidement leur énergie par propagation dans le milieu ainsi, à part aux abords immédiats du volcan (quelques kilomètres), elles engendreront peu de dégâts. Pour éviter les dommages liés aux ondes de choc, les habitants de l’île de Stromboli avaient l’habitude de laisser deux ouvertures dans les murs perpendiculaires à la direction du cratère. De moins en moins de nouvelles constructions prennent en compte ce phénomène et en 1998 l’onde de choc d’une explosion plus puissante que les autres a fait exploser des fenêtres à San Bartolo [2].


 

Explosions et ondes de choc au Tungurahua (01/06/2010)

 

Sources :

[1] en.wikipedia.org

[2] www.swisseduc.ch

Tag(s) : #Un Peu de Science au Quotidien

Partager cet article

Repost 0