Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

Pour lire la première partie de ce récit, suivez ce lien. Je suis désolé d'avoir pris tant de temps pour écrire cette deuxième partie.

 

Reserve écologique El Angel 2010-08-12 07:57Mes parents sont prêts pour le départ malgré le froid matinal.

 

Après une nuit fraîche le jour se lève sur un ciel bien gris. Nous nous dirigeons rapidement vers le réfectoire pour prendre le petit déjeuner et si possible un chocolat chaud. La deuxième excursion s'organise rapidement et nous partons directement dans le páramo des frailejones. Nous grimpons sur une moraine latérale et le souffle est court à plus de 3600 mètres d'altitude. Vue dans haut, l'hosteria est très belle mais peut-être un peu trop plantée dans la forêt de polylepis. Sur le chemin je prends quelques photos en gros plan de mûrs sauvages et d'autres plantes que nous avons déjà vu comme la tarugacacho.

 

Reserve écologique El Angel 2010-08-12 08:12Vue sur l'hosteria à l'entrée de la forêt de polylepis et matelas de frailejones.

 

Reserve écologique El Angel 2010-08-12 09:41Mes parents font une pause en regardant le paysage.

 

Nous grimpons aisément dans le páramo des frailejones et changeons rapidement les vestes en laine polaire pour les coupe-vents. La vue qui surplombe la vallée glacière d'un côté et le matelas de frailejones de l'autre est apaisante. Les sommets de l'Iguán et du Chiltazán sont dans les nuages mais le ciel se découvre par moment et laisse des rayons de soleil nous réchauffer. Quelques blocs d'andésite dépassent de l'andisol formé par les cendres du volcan Chiles et sont recouverts de lichens.

 

Culcitium canescens (Senecio)Cousin du frailejon, le senecio est aussi typique de ce páramo.

 

Halenia weddelliana (Tarugacacho)Le tarugacacho ou « bois de cerf » est une fleur étrange.

 

Je discute un peu avec nos deux guides, Marcello et David, qui suivent des études de tourisme et d'hostellerie. Sur le chemin nous rencontrons de nombreuses fleurs et plantes dont je ne connais pas le nom (si vous les trouvez, je vous remercie d'avance de me les donner dans les commentaires). Le climat se dégrade et il se met même à pleuvoir quelques gouttes alors que le Chiltazán se découvre un instant. De très loin nous pouvons admirer la technique de chasse d'un couple de faucons qui planent sur place à une centaine de mètres d'altitude avant de plonger sur leur proie sans succès mais c'est le geste qui compte.

 

Reserve écologique El Angel 2010-08-12 10:47Faucon, au loin, dans le ciel gris, alors que nous descendons dans la vallée glaciaire.

 

Reserve écologique El Angel 2010-08-12 09:46 Reserve écologique El Angel 2010-08-12 10:10

Des plantes inconnues, trouverez-vous leur nom ?

 

Après être monté à près de 3940 mètres d'altitude, nous amorçons la descente tout en prenant le temps de contempler le paysage. Aux différentes chutes de relief dans la vallée, nous pouvons imaginer les épisodes successifs d'avancée et de retrait glaciaire alors qu'aujourd'hui il n'y a même plus un grain de neige. Nous descendons à nouveau dans la forêt de polylepis et sautons d'almohadilla en almohadilla avant d'atteindre la lagune saisonnière. Sur le chemin du retour nous admirons le plus large pumamaqui de la forêt (il faut trois personnes pour faire le tour de son tronc). Nous arrivons finalement à l'hosteria après un peu moins de quatre heures de marche, légèrement fatigués mais content. Si le paysage est magnifique et l'ambiance fantastique, l'hosteria nous aura déçu par la qualité du service et le coût prohibitif, pas d'eau chaude pour $60 la nuit !!

 

Plantago rigida (Almohadilla) Oreopanax andreanus (Pumamaqui)

Tout le monde saute sur les almohadillas. Il est difficile de faire entrer le pumamaqui dans le cadre même avec un grand angle.

 

Quelques photos supplémentaires dans l'album consacré à la réserve écologique El Angel.

Tag(s) : #Ascensions et ballades

Partager cet article

Repost 0