Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

Mercredi 11 août dernier nous sommes partis, mes parents et moi, visiter la forêt de polylepis et le paramo de frailejones au nord de l'Équateur dans la province du Carchi. Nous partons de Quito vers huit heures et demie du matin par l'avenue Simon Bolivar avant de rejoindre la Panaméricaine. A l'entrée de Guayllabamba nous achetons un avocat mûr à point pour le pique-nique. Il y a un peu de trafic sur la route mais la circulation est fluide. Nous passons par Tabacundo sur le flanc du volcan Mojanda. Le ciel est gris mais les paysages sont magnifiques. Nous passons Ibarra assez rapidement, les travaux sur la Panaméricaine sont presque finis.

Vallée du Chota 2010-08-11 11:30

Paysage de la vallée du Chota (11/08/2010, 11:30, 18 mm, F/14, 1/100 sec).

 

En entrant dans la vallée du Chota nous prenons l'intersection pour Mira. Nous sommes au plus bas en altitude de notre périple et entrons dans un environnement semi-désertique. Après quatre heures de voyage nous arrivons à El Angel, une petite ville de cinq mille habitants. Nous prenons un peu de hauteur pour manger un pique-nique magistral avec sandwich d'albacora, avocat, tomate et mayonnaise. C'est rustique mais c'est bon. Le ciel est sombre et menaçant et la température baisse. Après quelques photos nous repartons en direction de la réserve écologique El Angel et la forêt de polylepis. Nous arrivons finalement à l'hosteria Polylepis, à l'entrée de la forêt du même nom, après un peu moins de cinq heures de voyage pour 200 km. L'accueil est original, sans nous demander notre nom un guide nous emmène avec un groupe de français et deux équatoriens pour une excursion dans la forêt de polylepis. Nous enfilons rapidement nos affaires de marche et l'hosteria nous prête des bottes en caoutchouc car il paraît que la forêt est humide.

 

Polylepis (Arbol-de-Papel)El Angel 2010-08-11 14:54

Le polylepis ou arbre à papier et la lagune des souhaits

 

Bomarea sp (Campanita)Fuchsia sp (Zarcillo-fucsia)

Campanita et Zarcillo-Fucsia dans la forêt de polylepis

 

Le polylepis, qu'il soit centenaire (planté par l'homme) ou millénaire (original), est un arbre d'un étrange beauté. Son écorce se desquame en permanence en fines feuilles soyeuses qui lui donnent aussi le nom d'arbre de papier. Ses ramures sont extrêmement tarabiscotées et son tronc peut faire plusieurs mètres de circonférence sans pour autant qu'il soit haut. Le polylepis partage cet écosystème particulier avec un autre grand arbre le pumamaqui (Oreopanax andreanus) à ne pas confondre avec le pumamaqui (Oreopanax ecuadoriensis). Le pumamaqui de la forêt de polylepis est un arbre imposant et colonisé par les mousses. Cette forêt, à l'aspect fantomatique, est peuplée d'un grand nombre d'espèces végétales, plantes grasses comme le senecio, arbustres et de nombreuses fleurs comme la tarugacacho. Il y a des plantes médicinales comme la valériane (« la plante qui pue des pieds ») mais aussi des poisons comme la ciguë (« Cicuto »). Nous passons par la lagune des souhaits où les polylepis jouent à la mangrove.

 

El Angel 2010-08-11 15:26Cascade à l'eau claire filtrée par le paramo (11/08/2010, 15:26, 18 mm, F/22, 1/15 sec).

 

El Angel 2010-08-11 15:31Paramo de frailejones (11/08/2010, 15:31, 32 mm, F/13, 1/100 sec).

 

Plus loin une cascade complète le paysage. Nous grimpons un peu et sortons de la forêt de polylepis pour entrer dans le paramo de frailejones. Cette plante, cousine du senecio, est endémique à la région et ne pousse que d'un centimètre par an. Certaines mesurent plus de quatre mètres. La lumière est magnifique et met en valeur ce paysage sculpté par un puissant glacier il y a quelques milliers d'années dans d'épaisses coulées de lave. Le sol, fertilisé par les cendres du volcan Chiles, a permis d'installation d'un écosystème unique. Nous admirons un achupalla de plus de cinq mètres de haut, la friandise des ours à lunette qui ont malheureusement disparu de la région.

 

Puya clava-herculis (Achupalla)Achupalla, la friandise des ours à lunette, et notre guide Marcello

 

El Angel 2010-08-11 16:07Tous les éléments se retrouvent dans ce paysage (11/08/2010, 16:07, 18 mm, F/22, 1/50 sec).

 

Un marécage s'ouvre sur un paysage où se mélangent tous les éléments que je vous ai décris, c'est à couper le souffle. De retour à l'hosteria après une ballade de deux heures et demie, nous nous reposons quelques instants dans notre chambre. La cabane est rustique et jolie mais rapidement le froid entre par les fenêtres et les portes. Dans un épais brouillard nous nous dirigeons vers le réfectoire dans l'espoir d'une soupe bien chaude et d'un feu de bois. Les deux sont au rendez-vous et pour finir la soirée, un guide nous raconte un mythe local au coin du feu. L'histoire est un peu longue et les sièges sont peu confortable mais l'eau aromatique assaisonnée d'une rasade de puntas (alcool de canne) est bonne. Au retour dans la cabane, un feu nous attend dans le poêle mais la nuit sera quand même fraîche à près de 3600 mètres d'altitude.

 

Très prochainement le second volet de ce récit. Si vous voulez découvrir un peu plus la flore équatorienne, je vous invite à suivre ce lien.

Tag(s) : #Ascensions et ballades

Partager cet article

Repost 0