Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Après quelques semaines sans grand mouvement, nous avons décidés, Silvana, Julie et moi, de tenter l'ascension de l'Iliniza Nord dont nous parlions depuis un certain temps. Cette journée commence donc par un réveil vers cinq heures du matin. Les affaires sont rapidement préparées car il n'y a pas d'escalade ou de glacier. Nous partons de la maison un peu après six heures et prenons la panaméricaine pour descendre au sud. Malgré le jour férié il y a quand même beaucoup de monde sur la route. Le ciel est nuageux, on peut voir les sommets de l'Atacazo, du Corazón, du Pasochoa et du Rumiñahui mais le Cotopaxi et les Ilinizas ont la tête dans la brume. Après une heure de route nous quittons la panaméricaine pour prendre une route pavée en direction de Chaupi. Arrivés dans ce petit village après maintes indications nous sommes induits en erreur par un habitant qui ne semble pas bien connaître sa région. Après quelques kilomètres dans la mauvaise direction nous faisons demi-tour en maugréant. Nous repassons par Chaupi et prenons le bon chemin ce qui n'est pas trop compliqué car il n'y en a que deux. A partir de la sortie de Chaupi, les panneaux indiquant les Ilinizas se multiplient et il n'y a plus d'excuse pour se tromper. Le chemin se ravine mais la voiture n'a pas de problème pour monter jusqu'au parking à presque 4000 mètres d'altitude.

 

Les Ilinizas 2010-11-01 08:29

Silvana est prête à l'attaque de la montagne

 

Les Ilinizas 2010-11-01 09:19Le Corazón sort la tête des nuages

 

Nous préparons rapidement les sacs et entamons l'ascension vers huit heures et demie. Le ciel est couvert mais le sommet des Ilinizas est dégagé. D'ici le sommet paraît vraiment lointain. Il y a quelques voitures sur le parking mais le chemin n'est vraiment pas bondé. Nous commençons notre balade dans une forêt clairsemée de polylepis et de pins. Le chemin est en pente douce alors que nous nous approchons de l'ancien volcan à deux têtes. Il aurait des éruptions holocènes mais il n'y a pas de datation jusqu'à maintenant. La partie la plus ancienne est celle dont nous tentons l'ascension, l'Iliniza Nord.

 

Les Ilinizas 2010-11-01 08:42

Les Ilinizas 2010-11-01 09:01 Les Ilinizas 2010-11-01 08:42 

L'Iliniza Sud, à gauche, et l'Iliniza Nord, à droite.

 

Nous quittons la forêt en montant sur une moraine latérale. Le point de vue est très beau et la luminosité, atténuée par le couvert nuageux, donne une ambiance fantasmatique au paysage. Les traces laissées par les glaciers sont bien visibles. Nous marchons à une allure tranquille mais les choses se compliquent un peu lorsque nous atteignons la dernière moraine qui doit nous amener jusqu'au refuge. La pente de celle-ci étant plus forte, nous commençons à ressentir l'effet de l'altitude. Après un peu moins de trois heures de marche, nous arrivons au refuge des Ilinizas vers 4700 mètres d'altitude.

 

Les Ilinizas 2010-11-01 10:09 

Le páramo du parc des Ilinizas avec des fleurs encore inconnues pour moi.

 

Les Ilinizas 2010-11-01 10:25

On peut appercevoir le Rumiñahui et le Cotopaxi dont le glacier se confond avec les nuages.

 

Les Ilinizas 2010-11-01 11:07Le refuge des Ilinizas à 4700 mètres d'altitude.

 

Nous prenons quelques forces avant de continué vers le sommet qui semble maintenant assez proche mais dont la dernière partie apparaît particulièrement raide. Plus nous montons et plus les indications se font rares. Après avoir passé une première barre rocheuse nous avons une vue sur un petit lac d'une couleur verte presque irréel. Le sommet de l'Iliniza Sud s'est couvert mais la température reste confortable.

 

Les Ilinizas 2010-11-01 11:33 Les Ilinizas 2010-11-01 12:08

Julie en mode camouflage et Silvana dans le brouillard.

 

Les Ilinizas 2010-11-01 12:08

Lac couleur émeraude entre les deux Ilinizas.

 

J'essaye de trouver les cairns, ces petits monticules de pierres qui nous indiquent le bon chemin mais avec la pente plus forte ils se font plus rare. Alors que nous arrivons à moins de 150 mètres de dénivelé du sommet, je prends trop sur la gauche et quitte le chemin. On nous avait indiqué un passage difficile appelé le « paso de la muerte » proche du sommet et je prends la difficulté face à moi pour ce passage. L'endroit est en effet très compliqué avec un peu d'escalade mais surtout un vide assez effrayant. Je passe d'abord, Julie ensuite puis Silvana. Pour faire vingt-cinq mètres nous mettons presque 10 minutes tout ça pour que je me rende compte plus loin qu'il est impossible de passer, même pour un alpiniste chevronné. Nous faisons demi-tour et rejoignons le chemin ou la trace se perd.

 

Les Ilinizas 2010-11-01 12:48

A l'aller, Julie dans le passage compliqué.

 

Les Ilinizas 2010-11-01 13:04

Le retour, toujours aussi vertigineux.

 

Nous entendons des voix qui viennent d'un peu plus bas. Nous décidons de les attendre pour leur demander le chemin. Nous sommes donc rejoints par trois équatoriens qui nous expliquent notre erreur et commentent même sur le fait qu'un hollandais était mort dans cette zone l'année précédente. Ils nous proposent gentiment de les suivre et nous acceptons avec joie. Nous reprenons alors le chemin qui ne montre pas de difficulté particulière. Sans glace, le fameux « paso de la muerte » n'est absolument pas difficile ni dangereux. Finalement après un peu plus de cinq heures de marche nous arrivons sur le sommet étroit de l'Iliniza Nord.

 

Les Ilinizas 2010-11-01 13:57

Photo de groupe au sommet de l'Iliniza Nord, à 5126 mètres d'altitude.

 

Nos compagnons Mario, Edison et son fils Jonathan connaissent bien cette montagne et nous expliquent comme elle a changé. Nous prenons les photos souvenir de rigueur dans un brouillard de plus en plus épais. Il commence même à neigé et nous décidons de ne pas nous attarder, le pique-nique attendra un peu. Nous mangeons quand même quelques biscuits et une pomme car la faim se fait sentir. Pour le retour nous prenons un autre chemin qui descend plus directement dans un arenal. Je commence à sentir mes forces faiblir et ne profite pas vraiment de la descente entre l'appréhension de me torde une cheville déjà fragile et le manque de sucres. A la sortie de l'arenal nous prenons congé de nos compagnons, il faut vraiment que nous mangions, il est plus de trois heures de l'après-midi. Après un bon sandwich, quelques chips et quelques gorgés d'eau nous sommes à nouveau partant pour continuer notre ballade. Le reste de la descente ne pose aucune difficulté majeure et nous rejoignons nos compagnons d'ascension qui s'étaient aussi arrêté un peu plus loin. Nous finissons la ballade ensemble et échangeons les adresses email pour s'envoyer des photos du sommet. Après huit heures de marche et 1163 mètres de dénivelé positif nous sommes bien content de retrouver la voiture. Vous trouverez quelques photos supplémentaires dans l'album Les Ilinizas.

 

Profile de l'ascension de l'Iliniza NordProfile de l'ascension de l'Iliniza Nord.

Tag(s) : #Ascensions et ballades

Partager cet article

Repost 0