Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 Si le premier article sur mes aventures bureaucratiques vous avait plu, vous adorerez ce nouvel opus. En apprenant fin juin que je ne pourrais pas demander la naturalisation directement, j'ai commencé à me renseigner sur les papiers nécessaires pour le visa de résident. En faisant mes démarches pour avoir le visa de tourisme j'en ai profité pour rassembler ces papiers.

Dans la première liste qu'ils m'ont donnés il y avait un document que je ne pouvais avoir qu'en France, la copie intégrale de mon acte de naissance. En obtenir une copie est vraiment simple et gratuit. Vous faîtes une demande sur le site internet de la mairie de votre naissance et elle arrive quelques jours après par la poste. Je ne savais pas s'il me fallait la copie ou l'extrait d'acte de naissance, du coup j'en ai pris deux de chaque espèce (au cas où).

Le problème ensuite fut de faire apostiller ce papier à la cour d'appel de la ville d'où a été émis le document officiel. Si vous taper sur internet « cour d'appel de Chalon-sur-Saône », on vous envoie à cette adresse : 4 Rue Emiland Menand, 71100 Chalon-sur-Saône, France, tel : 03 85 93 99 83. Pour être sûr, je téléphone mais malheureusement il n'y a aucune réponse. Chalon n'étant pas loin de chez mes parents, je m'y rend le mercredi 6 Juillet avec les papiers en toute confiance. A l'adresse indiquée il y a le palais de justice mais je ne trouve pas de bâtiment avec le nom de cour d'appel. Je vois une porte ouverte, j'entre et je demande où se trouve la cour d'appel, une charmante fonctionnaire me répond surprise qu'il n'y a pas de cour d'appel à Chalon et qui faut aller jusqu'à Dijon. Elle me prend un peu de haut et me dit que Google existe et que j'aurais pu vérifier avant de venir la déranger. Je lui répond que si elle a internet, elle peut vérifier elle-même. J'attends quelques secondes qu'elle fasse la recherche puis repars content de lui avoir gentiment fermé le clapet.

Je suis partiellement altéré par l'optique de faire 80 km et une heure trente de route aller, la même chose retour, pour faire apostiller un document mais heureusement mon père s'offre pour m'accompagner. Le jeudi matin, avant de partir, je prends l'adresse de la cour d'appel et je téléphone pour savoir si le bureau des apostilles est bien ouvert et jusqu'à quelle heure. Nous partons alors pour Dijon. Nous errons un peu dans les rues de Dijon avant de trouver la cour d'appel. On nous fait monter au bureau des apostilles, il n'y a pas grand monde, ça devrait être rapide. Nous toquons à une porte, une fonctionnaire nous demande ce que nous voulons : « une apostille à emporter s'il vous plait ». Apparemment ça ne lui plait pas, elle s'énerve immédiatement, appelle l'accueil pour les insulter et leur dire que quand elle est seule dans le bureau elle ne peut pas recevoir du public. Ensuite elle nous dit qu'elle est désolé mais qu'elle ne peut pas faire d'apostille quand elle est seule et qu'il aurait fallu appeler avant. Je lui explique calmement que j'ai appelé avant (le matin même), que nous ne venons pas de la porte à côté, ce qui ne semble pas l'émouvoir ni un instant, et qu'il me sera très difficile de revenir. Finalement elle craque et accède à faire ce travail. Le silence est inconfortable. Elle n'est pas contente car l'officier d'état civil n'a pas mis son nom sous la signature. Elle téléphone à Chalon, s'énerve contre la mairie puis reprend son travail. La fonctionnaire éternue et mon père y trouve le moyen de rompre la glace. La pauvre est malade et surchargée. Au final elle avait sûrement besoin de parler de sa situation car elle devient de plus en plus agréable et fini par me donner les papiers en s'excusant de sa première réaction. Le salut est cordial, bravo papa.

Après cet épisode il faut maintenant faire légaliser le document par le consulat de l’Équateur à Paris. Je fais cette démarche en même temps que je fais faire mon visa de tourisme pour la modique somme de 7 euros par exemplaire (pour info c'est la copie de l'acte de naissance qu'il faut, j'en demande deux au cas où).

Arrivé à Quito je me dirige alors à l'Alliance Française pour faire traduire mon document. Le prix (21 USD) est prohibitif. En plus ils prennent deux jours pour le faire... J'ai compté, l'acte de naissance ne fait pas plus de 200 mots dont la moitié sont des heures et des dates, un tiers sont des noms donc il reste juste 35 mots à réellement traduire en plus de l'apostille et de la légalisation... Enfin me voilà avec ma copie d'acte de naissance, apostillé, légalisé et traduite pour ~40 USD (bien sûr sans compter les transports). Dans le prochain épisode, ma première série de présentation de mes papiers à la direction général de l'étranger à Quito...

Tag(s) : #Généralités

Partager cet article

Repost 0